Vous êtes ici
Accueil > Actus > Défaite de Vercingétorix à Alésia : l’énigme enfin résolue !

Défaite de Vercingétorix à Alésia : l’énigme enfin résolue !

Comme le rappelle Georges Gervais, l’éditeur de la maison « Lemme Edit », « il y a des projets éditoriaux comme ça qui vous amènent où vous ne vous y attendez pas. Et c’est tant mieux ». Alors que Lemme Edit s’apprête à faire paraître le 24 mai prochain, la deuxième édition moins d’un an après la première du « Vercingétorix chef de guerre » d’Alain Deyber, l’auteur vient de faire une incroyable découverte qui bouleverse tout ce que l’on tenait pour acquis sur les raisons de la défaite de Vercingétorix à la bataille d’Alésia. Alain Deyber est sans conteste le meilleur connaisseur de la question, et ce n’est pas le professeur émérite de Paris IV-Sorbonne Yann Le Bohec, spécialiste d’histoire romaine, qui me démentira sur ce point. Spécialiste d’histoire militaire des origines à nos jours et d’archéologie des champs de bataille, Alain Deyber combine à lui seul toute l’expertise du militaire (il est ancien officier d’active de l’armée de terre/ cavalerie blindée), de l’universitaire (ancien professeur d’histoire militaire aux Écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan, docteur d’État) et de l’archéologue. Fort de toutes ces compétences, il a analysé la stratégie du général gaulois. Mais, manifestement, il lui en manquait une, pour percer le mystère de cette défaite improbable. Et c’est le scientifique David Romeuf, ingénieur de recherche à l’Université de Lyon 1, astronome pro-am, qui vient d’apporter le dernier éclairage qui lui manquait pour résoudre définitivement cette énigme. Sa découverte est essentielle pour comprendre pourquoi la 3e attaque gauloise programmée le 26 septembre 52 a.C. pour casser l’investissement d’Alesia et détruire l’armée de César n’a pas été lancée « à fond » et a finalement échoué, conduisant, dès le lendemain, à la reddition de « notre » Arverne et de sa formidable armée. En effet, les calculs réalisés par David Romeuf l’amènent à penser que la nuit du 25 au 26 septembre 52 a.C. fut le théâtre d’une éclipse de lune totale entre 22h31 le 25/09/-52 et 00h16 le 26/09/-52. Compte tenu des croyances et des superstitions de l’époque, on comprend mieux qu’il était impossible pour les valeureux combattants gaulois de s’engager dans une bataille qui s’annonçait sous de mauvais auspices, et surtout en violation des dieux. L’hypothèse d’une défaite gauloise en raison de la trahison, et qui ne reposait sur aucune preuve, est désormais totalement écartée. Alain Deyber et David Romeuf préparent dès à présent la rédaction d’un article sur leur passionnante découverte et en ont réservé la primeur à France Terres d’Histoire magazine. A lire dans notre prochain numéro.

« Vercingétorix, chef de guerre » d’Alain Deyber. 2ème édition à paraître le 24 mai 2018.  Editions Lemme Edit. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

*

Haut