Vous êtes ici
Accueil > Actus > Entretien avec Stéphane COURTOIS : Lénine, l’inventeur du totalitarisme

Entretien avec Stéphane COURTOIS : Lénine, l’inventeur du totalitarisme

Parmi toutes les productions littéraires à l’occasion du centenaire de la révolution russe de 1917, la biographie de Lénine écrite par Stéphane Courtois est une œuvre marquante. Grand spécialiste du communisme, Stéphane Courtois avait déjà frappé les esprits il y a une vingtaine d’années avec « Le livre noir du communisme ». Il se livre à une démonstration imparable, établie à partir des archives du Parti soviétique, qui ne laisse pas de place au doute. Il a accepté de répondre à nos questions au sujet de son ouvrage, œuvre d’une vie consacrée à la recherche …

Propos recueillis par Sylvie Dutot

Stéphane Courtois est historien, directeur de recherche honoraire au CNRS., directeur de la revue « Communisme » et de collections chez plusieurs éditeurs (Seuil, Le Rocher, Cerf, Vendémiaire). Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages consacrés au communisme français et international et au phénomène totalitaire. Il a notamment dirigé le Livre noir du communisme qui a été un événement mondial (26 traductions, plus d’un million d’exemplaires).

F.T.H. : Stéphane Courtois, vous expliquez que ce sont des traumatismes de jeunesse qui sont à l’origine des orientations politiques de Vladimir Ilitch Oulianov …

Stéphane Courtois : Oui, il a quinze ans et demi quand son père meurt brusquement d’un AVC. Et surtout il a dix-sept ans quand son frère aîné est arrêté à Saint-Pétersbourg pour avoir participé à la préparation d’un attentat contre le tsar, condamné à mort et exécuté. Ce double traumatisme intime n’empêche pas Vladimir Ilitch de terminer brillamment ses études secondaires, mais il se renferme sur lui-même et sera désormais habité d’une haine inextinguible de la dynastie et du régime des Romanov. Cela se terminera à l’été 1918 par son ordre secret d’exterminer tous les Romanov, la famille impériale mais aussi les oncles et autres collatéraux.

F.T.H. : Il va ensuite nourrir ses convictions par des lectures qui vont construire son idéologie. Qui sont ses maîtres à penser ?

Stéphane Courtois : Cette haine initiale amorce un processus de radicalisation qui trouvera son aboutissement trente ans plus tard avec la prise du pouvoir à Saint-Pétersbourg le 7 novembre 1917. Chez ce brillant élève formé aux études classiques, cette radicalisation va d’abord prendre la forme de lectures, à commencer par celles d’auteurs révolutionnaires russes. Le plus décisif est Nicolas Tchernychevski qui a violemment contesté le régime tsariste en 1861, a été arrêté et a écrit en prison puis publié un roman révolutionnaire intitulé Que faire ? Les hommes nouveaux, devenu le livre de chevet de tous les révolutionnaires russes (livre republié en 2000 aux Éditions des Syrtes). Tchernychevski y décrit, sous une forme codée afin de déjouer la censure, une société future idéale, sans propriété privée et peuplée d’« hommes nouveaux ». Mais pour y parvenir, il faut renverser la société existante, une tâche qui revient au personnage central, Rakhmetov, la figure emblématique du révolutionnaire professionnel, celui qui consacre sa vie entière à préparer la révolution. Vladimir Ilitch sera très profondément marqué par ce roman et s’identifiera très tôt à Rakhmetov.

La seconde lecture est celle du Catéchisme du révolutionnaire de Serge Netchaïev, un court texte d’une dizaine de pages écrit par un jeune activiste extrémiste (republié en 2012 dans S. Courtois et alii, Démocratie et Révolution, cent Manifestes, aux éditions du Cerf). C’est le vademecum pratique du révolutionnaire professionnel : clandestinité, secret, hiérarchie, organisation, manipulation, provocation, ascétisme, violence radicale, alliance avec le banditisme ; toutes les méthodes utilisées ultérieurement par Lénine et ses affidés sont ici détaillées de manière réaliste.

Puis, à partir des années 1890-1895, Vladimir Ilitch va découvrir les écrits de Marx et … Lire la suite


 

Lénine, l’inventeur du totalitarisme de Stéphane Courtois Editions Perrin 28 septembre 2017 450 pages 25 €

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

*

Haut