Vous êtes ici
Accueil > Articles > L’édito N°5

L’édito N°5

L ’année 2015 vient de s’achever ! Elle aura été rythmée par de nombreux temps forts : le « retour » de l’Hermione sur les côtes américaines, le bicentenaire de la bataille de Waterloo, le tricentenaire de la mort de Louis XIV et le 700ème anniversaire du désastre d’Azincourt. Chacun de ces événements, dans des proportions différentes, aura donné lieu à un certain nombre de manifestations et le grand public aura, par sa présence, prouvé une fois de plus son intérêt pour l’histoire et le patrimoine. Comme un écho à ces commémorations, le sommaire du présent numéro leur accorde une large place sous forme d’interviews, d’articles et de sélections de livres. Mais cette année 2015 aura aussi été celle de tragiques événements qui se sont produits sur notre sol national. Plus que jamais, nos troupes et nos forces de l’ordre sont largement sollicitées à l’intérieur de nos frontières comme à l’étranger. Le terme de guerre, employé par nos dirigeants pour caractériser notre engagement face au terrorisme, même si certains en font un sujet de polémique, aura en tout cas rappelé à bon nombre de nos concitoyens que rien n’est jamais acquis et que l’histoire peut aussi être douloureuse jusque sur la terre de France. Et cruelle, elle le fut par le passé…
Ce numéro qui s’affiche sur vos écrans porte en lui la marque de la guerre et des conflits de toutes sortes. Du coup, compte-tenu de la brûlante actualité que nous venons de vivre ces dernières semaines, il prend une résonnance particulière. Ces combats, aux multiples aspects, sont ceux que l’Eglise mène au Moyen Âge. Nul autre que Pierre Riché, invité exceptionnel de France Terres d’Histoire, n’était plus indiqué pour en parler. Ces guerres sont celles de Napoléon dont les « reconstitueurs » perpétuent le souvenir. Ce sont aussi celles d’un La Fayette en Amérique ou des chevaliers français défaits à Azincourt, en octobre 1415. Guerres et conflits se développent également jusque dans le cercle familial. La guerre, toujours elle, inspire largement les univers du roman historique et de la bande-dessinée. La guerre, enfin, celle du comte Gazan, général d’Empire, ou du Poilu Jean Morin, continue de nourrir les travaux les plus féconds de nos historiens-chercheurs. La guerre s’expose aussi dans nos musées et bon nombre d’expositions temporaires lui sont consacrées à commencer par celles que proposent le musée de l’Armée aux Invalides et l’Historial de la Vendée. Et bientôt, cette guerre, à n’en pas douter, à l’approche du centenaire de la terrible bataille de Verdun, nous n’aurons pas fini d’en commémorer les funestes conséquences.
Qu’il nous soit permis cependant, avec ce beau numéro de janvier-février, de commencer la nouvelle année avec optimisme. Aussi, nous vous présentons à toutes et à tous nos meilleurs vœux pour 2016 ! Et des projets pour votre magazine, on en a plein les cartons… On vous en dira plus sur notre site au fil du mois de janvier ! Mais chut… c’est encore un secret !

La rédaction

bouton-acheter-magazine2

Articles similaires

Laisser un commentaire


*

Haut